plantes sauvages

Fil des billets

mardi 23 septembre 2014

les plantes sauvages en automne

sauv1.jpg

sauv2.jpg

Aujourd'hui c'était journée plantes sauvages.
La suite d'une formation que nous avions commencée au printemps dernier.
J'ai déposé mon petit garçon à l'école
et j'ai filé trois villages plus loin.
Cette fois, c'était du côté de l'automne
et j'étais curieuse de connaitre ce que la nature pouvait nous offrir en cette saison
mis à part les noix, les châtaignes et les noisettes.

La journée c'est terminée devant un verre de sirop de sureau offert par Valérie
et je suis partie avec elle visiter son petit potager.
Je suis rentrée avec dans la tête le coin des carrés que je veux commencer cette année
et toutes les idées que nous avons partagées aussi.
La vie de la ferme m'attendait et les clients aussi.
J'ai refermé les portes de la boutique derrière une jolie journée ensoleillée
et pleine d'envies.

sauv3.jpg

mardi 6 mai 2014

des plantes sauvages pour cuisiner

C'était une journée de formation sur trois de prévues, organisée par la chambre d'agriculture. J'avais envoyé mon inscription depuis plusieurs semaines et je me réjouissais à l'idée d'aller apprendre les plantes sauvages, d'en découvrir leurs vertus et leurs goûts.
Savoir les reconnaitre et les utiliser en cuisine, c'est pour moi une aventure, ça faisait trop longtemps que je voulais apprendre. Depuis que nous vivons ici, au milieu de prairies naturelles riches en diversités, je suis comme une enfant devant un magasin de jouets. J'avais l'habitude de ramasser la Pimprenelle, le pissenlit et le plantain pour mes lapins et mes cochons d'Inde. Je connais les bienfaits des feuilles de ronces et d'ortie et je leur en cueille de temps en temps pour agrémenter leur menu.
J'ai même oser me lancer à essayer la cuisine d'ortie, il y a quelques jours à la maison. Personne n'avait râler, ils avaient même bien voulu y gouter et Rémi l'aime beaucoup en tisane. L'omelette ne les avait pas emballés et pour le cake il fallait certes, l'améliorer mais nous l'avions apprécié.

Huit heures à écouter, noter en restant concentrée. C'est très intense et ce soir je suis perdue mais tellement plus riche de connaissances. Je garde précieusement mes notes, la petite tige d'aspérule odorante qui, parait-il sentira très bon une fois séchée. et le souvenir de ceux qui disaient:
"Je viens juste pour une piqure de rappel".
D'ici la semaine prochaine, je vais essayer de retrouver quelques plantes dans les prés et la forêt de la ferme. Nous avons déjà la chance d'avoir du serpolet et du genévrier.
En rentrant hier soir, j'ai reconnu le sureau qui pousse volontiers ici et j'ai souri en pensant aux limonades que nous ferons très bientôt.

plante.jpg