porte fermée

porte.jpg

C'est une petite maison au bord de la forêt.
C'est là que je continuerai de grandir.
Je suis heureuse que cette année nous puissions profiter de la chaleur du poêle allumé dans la cuisine.
Chaque matin, je sens le froid me pincer les joues quand j'ouvre la porte de la maison, l'hiver est arrivé.
Le potager prend ses airs de friche et sous la grande serre, les rangs mal alignés de mâche, épinard et pourpier se prennent pour un dessin où le vert domine et rempli ma tête de promesses de vie.
Je profite du soleil sur la bâche en plastique transparente, j'aime ses rayons qui viennent me réchauffer pendant que je récolte les légumes feuilles pour en faire de belles cagettes à régaler.

Lundi il a neigé et j'ai pensé à l'automne que je n'ai pas vu passer.
Je fais partie des gens qui détestent les fêtes de fin d'année, sans savoir vraiment pourquoi.
Mes enfants ont grandi et mes filles sont parties. Il y a encore Rémi ici et rien que pour lui, nous avons ramené un sapin dans la maison.
"C'est moi tout seul qui met les décorations"

Hier, nous étions quatorze autour de tables, réunis entre maraichers du département.
Il était question du site tout neuf qui sera mis en ligne d'ici quelques semaines, de bilan de fin de saison, de projets, de formations et de coups de gueules aussi.
"Nous devrions gagner au moins un SMIC"
J'ai entendu parler des semenciers, de ces variétés amateurs "VA" et des règles de plus en plus serrées.
"Il ne reste plus qu'une seule variété ancienne que nous avons le droit de commercialiser, c'est inamissible"

La maison des cochons est montée.
tout autour, il y a un filet vert qui dessine leur parc. Ils pourront ainsi combler leurs besoins de fouir. nous l'avons bien amarré.

Nous attendons l'arrivée du veau de notre deuxième vache, c'est pour très bientôt maintenant.
J'appréhende beaucoup la mise bas, je sais que parfois c'est peut être difficile et je n'ai aucune expérience ni savoir faire si un problème se présente.
Aujourd'hui, je peux juste espérer que tout ce passe bien.
ça me plait d'imaginer qu'un matin il est là à ses cotés, qu'il est né sans que je le sente venir.
Ça me plait d'imaginer que ce sera un bébé veau fille que je pourrai nommer et regarder grandir et lui apprendre, plus tard, le même métier que sa mère ici.