précieuse entraide

entraide1.jpg

Un jour, un de mes clients me demandait si ce n'était pas trop dur de vivre avec les agriculteurs. J'avoue ne pas avoir compris sa question et je lui avais alors demandé de préciser. J'avais été très étonnée de sa réponse et je lui avais répondu qu'ici, nous étions alors peut-être des privilégiés parce que les collègues autour de nous étaient plutôt très gentils et serviables et qu'au contraire, nous bénéficions d'une entraide extraordinaire. "Je crois que c'est ce que j'aime dans ce métier, pour moi c'est comme une famille que j'ai trouvée"

Depuis quelques temps, je suis soucieuse parce que Zyma, notre deuxième vache Vosgienne devrait faire son petit d'ici quelques jours et que je n'y connais rien. A chaque fois que je croise un éleveur expérimenté, je lui demande des conseils. certains sont venus voir la future maman et entendent mes peurs avec patience, sans jamais se moquer. "C'est n'est pas pour tout de suite tu sais" J'ai appris à observer son comportement, à regarder sa mamelle et à toucher l'endroit qui, parait-il devra mou une poignée d'heures avant le vêlage. "On appelle ça décrocher dans le jargon de notre métier"

Hier, nous avons décidé de rentrer Zyma dans le bâtiment, à l'abri du froid annoncé pendant une semaine. Je crois que c'était une bonne idée et même si les deux copines séparées s'appellent souvent, elles s'entendent et surtout Zyma peut se reposer sans devoir lutter contre le froid et l'humidité. Hier encore, j'ai senti toute la générosité d'un éleveur qui sait. Je voudrais remercier David. Grâce à lui et à ses barrières mobiles, nous avons pu installer notre vache bien à l'abri.

Mon petit garçon qui adore aider sa maman (ici il ramène les seaux pour le repas des cochons) dans la première neige de l'année

entraide2.jpg

Nous avons posé des protections sur nos cultures dans la grande serre

entraide5.jpg

entraide3.jpg

Photos de la neige tombée hier

entraide6.jpg

entraide4.jpg